Construction-Finition

De travail.expocancer.fr.

Vous avez la possibilité de lire la fiche directement par rapport à ce site ou de l'imprimer.

Image:imprime.jpgCliquez sur le lien suivant pour éditer la fiche complète
Fiche secteur Construction-finition

Sommaire

Objectif de l’étude :

Etudier l’évolution dans le temps des conditions de travail et de l’exposition à des cancérogènes lors des travaux de finition.

L’étude initiale porte sur :

- 57 patients pris en compte

- une période de 1945 à 2006

- des entretiens individuels dans le cadre du GISCOP93, faits entre 2002 et 2008, suivant le « protocole pour la construction d’un dispositif de surveillance des cancers d’origine professionnelle en Seine Saint Denis - 2è phase : construction du dispositif permanent 2002-2003 ».

- 51 patients atteints d’un cancer du poumon, 2 atteints de cancer du mésothéliome, 1 atteint d’anémie sidéroblastique, 2 atteints de cancer de la plèvre, 1 atteint de cancer de la vessie

- Cette étude porte sur les données de la base SCOP mises à jour au 12 mars 2008

Analyse des parcours professionnels :

Analyse globale :

Organisation du travail

- le métier est masculin. 2 femmes sont comptables.

- Une seule mention de licenciement en 2003

- 1 peintre pistoleteur a travaillé en Arabie Saoudite, 1 poseur de revêtement a travaillé sur des chantiers à Malte. Un maçon a travaillé 6 mois à Riad.

- Les durées de postes vont de quelques mois jusqu’à 29 ans avec une moyenne de 6 ans

- Les postes du métier des travaux de finition sont :


Image:logoexemple.pngCliquez sur le lien suivant pour télécharger le tableau
Liste des processus et des postes dans la construction-finition


Remarques sur les postes :

- D’autres dénominations de poste existent et ne dépendent pas de la chronologie :

o Monteur en charpente métallique

o Poseur

o Peintre du bâtiment, peintre-pistoleteur

o Chef de chantier, conducteur de travaux

o Poseur de moquette

o Manœuvre peintre

o Carreleur mosaïste

Ces postes correspondent :

o Monteur en charpente métallique=poseur=monteur

o Peintre du bâtiment, peintre-pistoleteur = peintre

o Chef de chantier, conducteur de travaux = gérant

o Poseur de moquette = poseur de revêtement de sol

o Manœuvre peintre = manœuvre

o Carreleur mosaïste = carreleur

- 5 personnes se sont mises à leur compte

- 1 cas de chômage cité sans connaître la cause

- Il y a une évolution professionnelle progressive des postes : manuel vers responsable de chantier, apprenti vers petit compagnon, apprenti vers OHQ (ouvrier hautement qualifié) vers chef, aide vers le métier.

- Certains postes comportent des actions de nettoyage -> expositions

- Certains postes sont fusionnés : serrurier-maçon ; menuisier-blindeur de porte

- Tous postes sont exposés sauf les comptables. Les expositions sont soit directes soit indirectes (ex : dalles contenant de l’amiante…)

Quelques remarques par rapport aux caractéristiques des métiers de la construction:

- Toutes les corporations de ce domaine de construction travaillent à proximité, partageant ainsi leur exposition (ex : 8 gars/m2).

- Certaines conditions de travail citées sont pénibles :

o L’emploi d’alcali (décapant puissant pour vernis) prenait à la gorge. Il y avait d’autres risques entre autre les chutes. Pour tenir le coup, l’alcoolisme était présent sur le chantier.

o Travail par tous les temps

o Beaucoup de peintres se plaignent des odeurs fortes de peinture

o Lors de vitrification de parquet, un vitrificateur se plaint de brûlure aux poumons.

o Un poseur de revêtement de sol mentionne les coliques suite à l’utilisation massive de colle néoprène (1964). Un autre poseur mentionne que cette colle lui faisait tourner la tête. Un menuisier se plaint de maux d’estomac, que cela lui prend à la gorge et lui donne faim. Un peintre (1998) se plaint que cette colle lui prend à la gorge.

o Un peintre mentionne l’état de la peau qui tombait quand il se lavait les mains au white spirit

o Un serrurier mentionne l’état « bousillé » de ses mains après avoir travaillé sans gant avec du ciment.

o Un menuisier a vu un de ses collègues ivre après avoir passé du vernis sur un parquet (boit que de l’eau)

o Un manœuvre, à la fin de sa journée, était tout noir suite à des travaux de polissage.

o Un chef de chantier parle de travail à main nu pour la précision du geste lors de la restauration de vieux bâtiment (utilisation d’eau oxygénée qui rend les mains blanches)

o Un carreleur avait parfois des vomissements et un manque d’appétit à midi lors de travaux utilisant certains produits.

o Un menuisier mentionne qu’il a encore des fibres de formica incrustées dans la peau o Un serrurier maçon mentionne « Des particules sentant mauvais et qui sortaient des cheminées lui piquaient le visage »

o Un poseur de revêtement mentionne le fait que l’employeur conseille de boire du lait (1996-2001)

- Certains ont travaillé sur les chantiers comme : Tour Montparnasse, Jussieu…

- De nombreux accidents de travail sont cités : 4

- Le travail au noir est cité 1 fois

- 5 cas de chômage sont mentionnés suite à des problèmes de santé

- Une expression venant du langage métier : faire des kilomètres de pose (poseur de revêtement de sol), kilomètres de colle (maçon), kilomètres de plinthes (peintre) ou utilisation de x palettes de produits (carreleur)

Liste des produits utilisés et expositions

Image:logoexemple.pngCliquez sur le lien suivant pour télécharger le tableau
Liste des produits utilisés et exposition dans la construction-finition

Analyse par rapport à la chronologie

Faits relatés par les patients

Organisation du travail : rien à signaler

Produits utilisés : rien à signaler

Conditions de travail

1966-1977 : beaucoup de sous-traitance

1975-1979 : un peintre en bâtiment mentionne les missions d’intérim qu’il fait.

1979-2003 : un peintre mentionne des missions de sous-traitance et d’intérim

1985-1996 : un poseur de revêtement mentionne que les évolutions des techniques a dégradé les conditions de travail.

1984-2004 : un cariste mentionne les missions d’intérim

Salaire :

Entre 1964-1965 : un poseur de revêtement de sol est payé à la tâche

1976 : un peintre pistoleteur mentionne qu’il était mal payé

Age de départ pour travailler :

1947 : un peintre commence à travailler à 16 ans

Heure de travail :

1982-2005 : un carreleur mentionne la productivité importante, parfois 1000 mètres carré de carrelage/ jour.

Hygiène :

1955-1958 : un peintre se lavait les mains à l’huile de lin. Il ne voulait pas utiliser l’essence à cause de la gale.

1967 : un peintre utilise le white spirit pour se laver les mains pour enlever la peinture glycérophtalique, ainsi qu’un poseur de revêtement de sol

Histoire du travail :

1971-1980 : un menuisier parle des premiers signes de non communication entre collègues : « chacun faisait son boulot, on ne se donnait pas de coup de main et on n’était pas les uns sur les autres, il n’y avait ni portes, ni fenêtres, on respirait rien… ».

1979-1998 : un carreleur mosaïste parle des premiers signes d’incompatibilité « sécurité et productivité ». Il n’utilisait pas de machine à eau pour scier afin de gagner du temps.

Protections :

Avant 1976 : aucune mention de protection

1976 : un peintre pistoleteur mentionne une bonne aspiration lors de travaux de peinture pour le métro (travail dans une cabine)

1979-2003 : un peintre mentionne l’utilisation de masque avec un filtre à charbon lors de l’utilisation du pistolet à peinture.

1980-1995 : un peintre mentionne l’utilisation d’un masque lors de ponçage de murs

1982-2005 : un carreleur mentionne son travail fait sans gant

1985-2004 : un cariste mentionne son travail sans masque recommandé

1988 : port de combinaison en plastique, masque jetable, gants pour le travail de peintre pistoleteur

1988-1994 : un menuisier mentionne le mauvais état des aspirations

Techniques

Peintre :

Autour des années 1955 : Le white-spirit apparaît

Autour de 1958 : la peinture glycérophtalique qui se dilue au white-spirit, apparaît.

Avant 1967 : Les peintres préparaient eux-mêmes leur peinture et leur enduit?

Entre 1975-1979 : cependant, un peintre en bâtiment mentionne qu’il fait les mélanges de couleurs de peinture.

Carreleur :

Entre 1968 et 1976 : apparition de machine à eau pour couper le marbre

Dans les années 80 : travail avec le ciment

Dans les années 90 : l’usage de la colle s’est généralisé.

Maçon

Avant 1982 : utilisation du ciment-chaux

1982-1983 : apparition d’un produit, l’algepoc à base de résine qui se présentait par boîte de 5 kg (2 kg et demi de résine, sable….) : pâte. Cette pâte peut provoquer des allergies (crevasse sur les mains, yeux gonflés, boutons partout)

Cariste :

Avant 1989 : Fenwick au fuel

Après 1989 : Fenwick au gaz

Remarque :

Notons que ces témoignages sont uniques et peuvent être comparés aux différentes périodes d’utilisation de produits récapitulées dans la partie suivante et intitulée "produits utilisés"

Analyse de la base de données

Organisation du travail:

Parmi les postes répertoriés, beaucoup de postes sont cités une seule fois. Pour eux, impossible de distinguer une évolution des activités dans le temps.

Pour les postes cités plusieurs fois avec une différence de période, on peut noter que des activités restent stables alors que d’autres connaissent des évolutions. Ces activités permettent de comparer un même poste pour des périodes différentes.

Image:logoexemple.pngCliquez sur le lien suivant pour télécharger le tableau
Organisation du travail dans la construction-finition

En conclusion

En conclusion, la plupart des activités des postes ne dépendent pas de la chronologie. Il y a néanmoins quelques postes qui ont des activités variantes mais ces dernières ne dépendent pas de la chronologie.

Produits utilisés :

Entre les dates formelles d’adoption des textes dans la réglementation (règles prescrites) et l’effectivité de leur application dans l’activité réelle de travail, il y a des écarts qui tiennent à une certaine inertie dans la mise en œuvre du droit, mais aussi aux rapports de force dans l’adoption des règles de prévention dans chaque entreprise, chaque lieu de travail. Ces écarts peuvent apparaître en fonction de l’expérience des patients et des experts. L’exemple de la mise en application de l’interdiction de l’amiante et des règles de prévention sur les chantiers de désamiantage est, à ce sujet, emblématique.

Image:logoexemple.pngCliquez sur le lien suivant pour télécharger le tableau
Produits utilisés aux dires des experts dans la construction-finition
Image:logoexemple.pngCliquez sur le lien suivant pour télécharger le tableau
Produits utilisés aux dires des patients dans la construction-finition


En conclusion

Les produits utilisés et les expositions sont nombreux et sont des cancérogènes avérés ou suspectés. Certains produits ont été utilisés ou ont exposés après la date de la loi régentant leur utilisation ou leur exposition (ex : les vapeurs d’acide, l’amiante, benzène, bois, cadmium, chrome hexavalent, formol, fumées de soudage, HPA, plomb, solvants chlorés, silice). Sous des noms à usage professionnel ou générique ou chimique, certains produits ont été utilisés alors qu’ils étaient des cancérogènes puisque composés par des cancérogènes.

Analyse par rapport au nettoyage

Cette partie d’étude concernant le nettoyage a été réalisée sur 57 patients.

Image:logoexemple.pngCliquez sur le lien suivant pour télécharger le tableau
Nettoyage dans la construction-finition

En conclusion

Les activités de nettoyage font parties intégrantes des postes. Sans ce travail préalable, le travail de peinture ou autre ne pourrait être fait.

Déclaration et reconnaissances en maladie professionnelle en fonction des produits cancérogènes :

Les patients ayant reçu un CMI, ont travaillé dans différents emplois et postes. Le CMI prend en compte le parcours professionnel dans sa totalité. Il peut provenir de l’étude d’un ou de plusieurs postes exposés. Dans ce tableau, nous pouvons simplement constater que le patient ayant occupé « tel poste » a reçu un CMI au vu de son parcours professionnel et non au vu du seul poste cité.

Image:logoexemple.pngCliquez sur le lien suivant pour télécharger le tableau
Déclaration et reconnaissance dans le domaine de la construction-finition

Correspondance entre le poste, le tableau de CMI, la pathologie et la reconnaissance:

Image:logoexemple.pngCliquez sur le lien suivant pour télécharger le tableau
Lien entre poste et reconnaissance dans le domaine de la construction-finition

Liste des postes et des produits :

Postes produits cités par les experts produits cités par les patients

Agent d'entretien

acide

ac chlorhydrique

Artisan de travaux d'intérieur

amiante

acétone

Carreleur

benzène

Acier

Electricien

bois

Alcali ou ammoniaque

Maçon

cadmium

alcool à brûler

Manœuvre

chrome

alcool

Manutentionnaire

cobalt

algepoc

Menuisier

diesel

Aluminium

Monteur

formol

antirouille

Peintre

fumée de soudage

Argiglass (mélange pour béton)

Poseur de revêtement de sol

Hydrocarbure polycyclique aromatique (HPA)

blanc de zinc,

Serrurier

Nickel

blanc tamisé

Vitrificateur de parquet

Oxyde de fer

céramique

Comptable

pesticides

Cétone

Gérant

plomb

chaux

Conducteur de travaux

poussière métallique

ciment en poudre

Homme d'entretien

solvant chloré

ciment rapide

Cariste

silice

colle

Commis de ville

colle à bois

colle blanche à l'eau

colle cellulosique

colle corite

colle formica EMFI

colle goudron

colle néoprène

colle noire

colle vinylique

colle Weber et Boutin

colles à l'eau

colles alcool

colles contenant de l'amiante

Colles nylon

colorant

cuivre

dalami

décapant

diluants

Dissolvants

durcisseur

eau oxygénée

EMFICOL gel

Enduit

essence

essence de térébenthine

faïence

fibrociment

formica

goudron

grès émaillé

huile de lin

inox

laiton

Laque

lessive / St Marc

liège

mastic

minium de plomb ou minium rouge

minium de zinc

oberflex

oxyde de plomb

pâte de plomb

pâte de zinc

Peinture/ Ripolin

peinture acrylique

peinture anti rouille

peinture époxy

peinture martelée

peinture Airless

peintures au plomb

peintures glycérophtaliques mates ou brillantes

peintures laquées

peintures satinées

pliolite (peinture pour revêtement muraux extérieurs)

plastique soudé (mipoulam)

polyrey

polystyrène

Poussières

Résine

résopal

sable ou ciment

siccatif liquide

Solvants

Soude caustique

tapiflex

terre cuite

Trichloréthylène

vernis/ formol

Vernis cellulosique.

Vernis polyester.

white spirit

Outils personnels